Manger des insectes : une nouvelle pièce dans la pyramide alimentaire?

eating bugs

Si vous avez la chair de poule à l’idée de manger des insectes, vous faites probablement partie de la minorité.

Il existe plus de 1 900 espèces d’insectes comestibles et on les retrouve au menu du jour un peu partout sur la planète. En effet, environ deux milliards de personnes mangent des insectes régulièrement. L’entomophagie (la consommation d’insectes) est pratique courante en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud. Les insectes sont même considérés comme des spécialités culinaires locales dans certains paradis tropicaux.

Le temps est venu de reprogrammer vos papilles gustatives, car les insectes sont en réalité très nutritifs, en plus d’être savoureux. Bon appétit!

La consommation d’insectes fait partie de l’histoire de l’humanité

Les êtres humains mangent des insectes depuis dix mille ans. Les chasseurs-cueilleurs mangeaient des insectes pour survivre lorsque les proies se faisaient rares. C’est en observant les animaux qu’ils ont appris quels insectes étaient comestibles, évitant ainsi de consommer des araignées et des insectes toxiques. Les insectes sont rapidement devenus une source de nutrition courante qui persiste encore de nos jours.

A priori, les insectes n’ont rien pour ouvrir l’appétit. Par contre, lorsqu’on les compare à d’autres sources de protéines, ces petites créatures ont plus à offrir qu’il n’y paraît. La sauterelle, par exemple, est plus dense en protéines que le bœuf et elle se distingue de ce dernier dans deux catégories : les fibres et le gras. En effet, la sauterelle a moins de gras et plus de fibres par gramme que le bœuf.

Les sauterelles ne sont pas les seuls insectes à se démarquer. On retrouve toute une variété d’insectes sur les tables partout dans le monde.

  • Le scarabée est considéré comme une collation de choix dans le bassin amazonien et certaines régions d’Afrique. Plus riche en protéines que d’autres insectes, il excelle dans la conversion de la cellulose (le sucre des plantes) en gras digestibles.
  • Bien que petite, la fourmi a beaucoup à offrir à l’organisme. On trouve plus de protéines dans 100 grammes de fourmis rouges que dans 100 grammes d’œuf (environ deux œufs durs) : environ 14 grammes pour les fourmis et 12 pour les œufs. La fourmi est également intéressante pour ceux qui surveillent leur apport calorique, car sa teneur en calories et en glucides est faible.
  • Le grillon, la sauterelle et la locuste sont les insectes les plus couramment consommés, possiblement parce qu’ils sont faciles à trouver et à attraper. Beaucoup de gens sont d’avis que le grillon rôti a un goût de noisette. Ces insectes prennent la saveur des aliments avec lesquels ils sont cuisinés et entrent couramment dans la préparation des sautés et des currys.
  • Dans la cuisine des insectes, la punaise des bois est un trésor caché. Elle ajoute une saveur de pomme aux plats cuisinés, en plus d’être riche en iode.
  • L’abeille est déjà très populaire pour son miel, mais cette petite travailleuse se prête aussi à la consommation. Les peuples indigènes des continents africain et asiatique, ainsi que ceux de l’Australie et du Mexique consomment des abeilles pendant qu’elles sont encore jeunes. Les œufs, les larves et les nymphes ont un goût d’arachide ou d’amande. Faites attention aux abeilles adultes, elles peuvent piquer!

Les insectes sont une source durable de protéines

La population mondiale actuelle est de sept milliards et demi. Un grand nombre de chefs d’État sont à la recherche de sources de protéines durables afin de pouvoir nourrir leurs populations grandissantes. La consommation d’insectes pourrait être une solution.

Les insectes ont fait les manchettes au cours des dernières années en raison de leur faible coût économique et environnemental. Ils sont qualifiés de « protéine écologique », en référence à leur efficacité à convertir les plantes en protéines. En ce sens, l’élevage d’insectes est beaucoup plus rentable que l’élevage de bovins.

Les insectes exigent beaucoup moins d’eau et d’espace que le bétail. Quarante-cinq kilos de nourriture pour le bétail sont nécessaires pour produire 4,5 kilos de bœuf. La même quantité de nourriture rapporte 20 kilos de grillons.

Les partisans de la « protéine écologique » sont également enthousiastes à l’idée que manger des insectes contribue à la lutte antiparasitaire. En effet, la récolte d’insectes est une façon écologique de se débarrasser des insectes nuisibles qui détruisent les cultures. C’est pourquoi l’idée de cuisiner des insectes, comme solution de rechange aux pesticides, fait son chemin.

Qu’elles viennent des insectes ou non, les protéines sont essentielles pour la santé

Que l’on mange des insectes, du bœuf, du poulet, du poisson ou des protéines végétales, les protéines de qualité sont indispensables à une alimentation saine. Elles sont également essentielles au maintien d’une bonne forme physique. La majorité des gens savent que les protéines entrent dans la formation des muscles, mais leur rôle dans l’organisme est bien plus vaste. À titre d’exemple, les tissus conjonctifs sont riches en protéines. Les cheveux, les anticorps, le sang et les enzymes ont également besoin de protéines pour fonctionner comme il se doit.

Souvent, les recommandations qui concernent les protéines alimentaires sont mal comprises.

Selon les recommandations actuelles en matière d’alimentation, une proportion de 10 à 35 % des calories consommées quotidiennement devrait provenir des protéines. Il y a plusieurs façons d’arriver à ce pourcentage. La viande animale est une bonne source, tout comme le yogourt grec, le lait, les fèves, le fromage, les noix et les œufs.

Vous pouvez ajouter les insectes à cette liste de sources de protéines, si vous êtes assez braves pour tenter d’en manger.

Manger des insectes, c’est bon pour vous

Si vous cherchez à rehausser la saveur de vos aliments, pensez aux insectes dans la nature. Il n’y a aucun risque pour la santé à manger des insectes, dans la mesure où vous choisissez les bons. En plus, ils constituent une excellente source de protéines. Votre corps a besoin de protéines pour vous garder actifs et en santé.

Si l’idée d’ajouter des insectes à votre prochain repas vous angoisse, prenez en considération les retombées positives de l’élevage d’insectes sur l’environnement. Loin de faire bande à part, vous vous joindrez aux milliards de personnes pour qui les protéines d’insectes font partie intégrante d’une alimentation saine.

 

À propos de l’auteure

Sydney Sprouse est une rédactrice scientifique indépendante basée à Forest Grove en Oregon. Elle détient un baccalauréat en biologie humaine de la Utah State University, où elle a travaillé comme stagiaire en recherche et rédactrice boursière. Étudiante permanente des sciences, sa motivation consiste à rendre accessible au plus grand nombre les recherches scientifiques actuelles. Les sujets qui l’intéressent avant tout : la biologie humaine, la santé et l’alimentation.

 

Références

https://www.health.harvard.edu/blog/how-much-protein-do-you-need-every-day-201506188096

http://news.nationalgeographic.com/news/2004/07/0715_040715_tvinsectfood_2.html

http://news.nationalgeographic.com/news/2013/13/130514-edible-insects-entomophagy-science-food-bugs-beetles/

https://foodandnutrition.org/september-october-2013/bugs-new-beef/

https://www.terminix.com/blog/whats-buzzing/eating-bugs-an-environmental-solution