Les voies de détoxication du foie

liver detoxification

Le foie est un organe essentiel qui joue un rôle dans le métabolisme, la digestion, le stockage de l’énergie et la production des hormones. C’est l’organe principal de détoxication dans l’ensemble de l’organisme.

Il existe deux catégories de détoxication dans le foie : la voie de détoxication du foie de phase I et celle de phase II.

La voie de détoxication du foie de phase I

La détoxication du foie de phase I est la première ligne de défense contre les toxines.  Un groupe d’enzymes appelé famille des cytochromes P450 aide à neutraliser des substances comme l’alcool et la caféine. Ces enzymes assurent une protection en transformant les toxines pour les rendre moins nocives.

Les sous-produits de la détoxication du foie de phase I peuvent encore constituer une menace toxique pour l’organisme. Si les toxines se développent et demeurent dans le foie, elles risquent d’endommager l’ADN et les protéines. C’est la détoxication du foie de phase II qui empêchera les toxines de se développer, ce qui les neutralisera définitivement pour qu’elles soient ensuite évacuées de l’organisme.

La voie de détoxication du foie de phase II

La détoxication de phase II neutralise les sous-produits issus de la détoxication de phase I et d’autres toxines persistantes. Un processus dit de conjugaison rend les  toxines hydrosolubles afin qu’elles puissent être évacuées. Le glutathion, le sulfate et la glycine sont les principales molécules qui prennent en charge ce processus.

Dans des conditions normales, les enzymes de détoxication du foie de phase II produisent une faible quantité de glutathion. En cas de stress toxique marqué, l’organisme en accroît la production.

Glutathion

L’importance du glutathion pour l’être humain est si grande qu’on l’appelle le « maître antioxydant »; c’est le plus abondant dans l’organisme et il peut se régénérer lui-même dans le foie.

Le glutathion est présent dans l’asperge, l’avocat, les épinards, le brocoli et certains suppléments. Les sources alimentaires de glutathion sont malheureusement mal absorbées par l’organisme. Les enzymes digestives peuvent le décomposer avant qu’il puisse être absorbé. Il n’existe aucun système direct de transport du glutathion.

Bien que le glutathion soit mal absorbé, le régime alimentaire influe sur sa quantité dans l’organisme. Pour fabriquer le glutathion, l’organisme a besoin de certains constituants importants et certains aliments et nutriments sont connus pour les lui procurer. On peut accroître la production de glutathion par l’organisme en consommant ces constituants, notamment les suivants : sélénium, vitamine E, légumes crucifères, acide alpha-lipoïque, chardon-Marie et N-acétyl-cystéine.

 

glutathione foods

Vitamine C

La vitamine C est aussi importante pour les voies de détoxication du foie. Elle aide à protéger contre les dommages oxydatifs les enzymes de détoxication du foie formées dans les voies de détoxication de phase I et de phase II, ainsi que les tissus hépatiques. Des recherches laissent aussi entendre que la vitamine C pourrait jouer un rôle dans l’élimination des toxines.

Un contrôle très serré de la vitamine C s’exerce dans l’organisme. Le taux sanguin est surtout déterminé par l’apport en vitamine C et la régulation du rein. Des recherches indiquent que certaines substances phytochimiques peuvent hausser le taux plasmatique de la vitamine C, même sans qu’on la consomme.

Aliments les plus riches en vitamine C :

  • cantaloup
  • pamplemousse
  • melon de miel
  • kiwi
  • mangue
  • orange et autres agrumes
  • fraise
  • melon d’eau

Étude clinique sur l’accroissement de la production de glutathion

Des scientifiques ont mené une étude à double insu avec un groupe placebo portant sur un mélange de nutriments. Leur but était de déterminer si ces nutriments favorisaient une hausse du taux plasmatique de glutathion et de vitamine C.

Le groupe d’intervention de l’étude ont pris Hepa PlusMD, fourni par USANA Health Sciences. Ce produit contient les ingrédients suivants : biotine, choline, extrait de chardon-Marie, N-acétyl-L-cystéine, acide alpha-lipoïque, concentré de brocoli et trois extraits : thé vert, olive et curcuma.

L’étude comptait 15 participants en santé à qui on a administré pendant 28 jours soit Hepa Plus, soit un placebo. Des échantillons sanguins ont été prélevés aux 1er, 14e et 28e jours afin de mesurer le taux plasmatique de vitamine C et de glutathion.

 

Résultats de l’étude

  • Hepa Plus avait déjà haussé le taux plasmatique du glutathion deux heures après le premier traitement et d’une façon encore plus marquée huit heures après.
  • Le taux plasmatique du glutathion était en hausse de 74 % à la fin de l’étude.
  • Hepa Plus avait sensiblement haussé le taux plasmatique de vitamine C à peine deux heures après le premier traitement, taux maintenu pendant toute la phase aiguë (points dans le temps : de 0 à 8 heures)

Les résultats indiquaient un effet synergétique de ces deux nutriments. La formule utilisée pour le traitement avait haussé les taux de glutathion et de vitamine C. Régulant aussi à la hausse la capacité de l’organisme d’utiliser le glutathion pour les réactions de détoxication, la formule en avait également renforcé la capacité antioxydante.

Un rapport de suivi faisait état des bienfaits cliniques d’une hausse à la fois du glutathion et de la vitamine C.  Les sujets ayant pris Hepa Plus étaient sensiblement plus résistants aux dommages oxydatifs que ceux à qui on avait administré un placebo.

Conclusion de l’étude

Les résultats de cette étude appuient des données précédentes montrant que certaines substances phytochimiques peuvent hausser le taux plasmatique de la vitamine C, même sans qu’on la consomme. L’étude fait aussi état d’un mélange précis d’ingrédients qu’on peut utiliser pour accroître la production de glutathion dans l’organisme.

Rérénces

Flora K, Hahn M, Rosen H, Benner K. Milk thistle (Silybum marianum) for the therapy of liver disease. Am J Gastroenterol. 1998;93(2):139-43.

Guo J, Prokai-tatrai K, Nguyen V, Rauniyar N, Ughy B, Prokai L. Protein targets for carbonylation by 4-hydroxy-2-nonenal in rat liver mitochondria. J Proteomics. 2011;74(11):2370-9.

Hepasil DTX™ Increases Antioxidant and Detoxification Capacity by Boosting Glutathione and Vitamin C (1)

Hepasil DTX™ Increases Antioxidant and Detoxification Capacity by Boosting Glutathione and Vitamin C (2)

Kesinger NG, Stevens JF. Covalent interaction of ascorbic acid with natural products. Phytochemistry. 2009;70(17-18):1930-9.

Kuiper HC, Langsdorf BL, Miranda CL, et al. Quantitation of mercapturic acid conjugates of 4-hydroxy-2-nonenal and 4-oxo-2-nonenal metabolites in a smoking cessation study. Free Radic Biol Med. 2010;48(1):65-72.

Kuiper HC, Miranda CL, Sowell JD, Stevens JF. Mercapturic acid conjugates of 4-hydroxy-2-nonenal and 4-oxo-2-nonenal metabolites are in vivo markers of oxidative stress. J Biol Chem. 2008;283(25):17131-8.

Manna SK, Mukhopadhyay A, Van NT, Aggarwal BB. Silymarin suppresses TNF-induced activation of NF-kappa B, c-Jun N-terminal kinase, and apoptosis. J Immunol. 1999;163(12):6800-9.

Medina J, Moreno-otero R. Pathophysiological basis for antioxidant therapy in chronic liver disease. Drugs. 2005;65(17):2445-61.

Pabst MJ, Habig WH, Jakoby WB. Glutathione S-transferase A. A novel kinetic mechanism in which the major reaction pathway depends on substrate concentration. J Biol Chem. 1974;249(22):7140-7.

Rabovsky A, Cuomo J, Eich N. Measurement of plasma antioxidant reserve after supplementation with various antioxidants in healthy subjects. Clin Chim Acta. 2006;371(1-2):55-60.

Saller R, Meier R, Brignoli R. The use of silymarin in the treatment of liver diseases. Drugs. 2001;61(14):2035-63.

Stevens JF, Maier CS. Acrolein: sources, metabolism, and biomolecular interactions relevant to human health and disease. Mol Nutr Food Res. 2008;52(1):7-25.

Timpson NJ, Forouhi NG, Brion MJ, et al. Genetic variation at the SLC23A1 locus is associated with circulating concentrations of L-ascorbic acid (vitamin C): evidence from 5 independent studies with >15,000 participants. Am J Clin Nutr. 2010;92(2):375-82.

Wellington K, Jarvis B. Silymarin: a review of its clinical properties in the management of hepatic disorders. BioDrugs. 2001;15(7):465-89.

 

Vous ne trouvez pas ce que vous recherchez? Veuillez lancer une nouvelle recherche ou poser une question ici